ICELAND

Lundi 18 juin :Les environs du lac Mývatn : . . .. . . paradis des passionés de volcanisme et de géologie !

Il y a toujours de gros nuages ce matin, mais le ciel est moins gris que la veille.
La journée est consacrée à la rando sur les sites que nous n’avons pas visité la veille.

Après le petit déjeuner, nous allons faire un petit tour sur le sentier qui grimpe sur les pseudos-cratères situés devant l'hôtel.
Quand on pense que ces domes de terre sont en fait de grosses bulles de tourbe solidifiées, on comprends que ça a du bien chauffer dans le coin...

Nous prenons la voiture pour rejoindre Hofdi, le sanctuaire des oiseaux. C'est la première fôret naturelle que nous ayons vu jusque là, aussi petite soit-elle.
Nous faisons une courte marche dans les bois. Une mise en jambes pour la suite...

En effet, nous faisons l'ascension du Hverfjall, un cône volcanique vieux de 2500 ans. La montée commence en douceur mais la pente forcit rapidement et la marche sur les cendres noires est éprouvante.
Nous arrivons au sommet complètement lessivés, mais quelle vue ! Du haut de ses 250m, le volcan domine toute la région de Mývatn.
L’intérieur du cratère, d'une profondeur d'environ 200m est recouverte de pouzzolane et de scories. Au centre de la caldeira, on peut voir un dôme de lave solidifiée.
Le vent souffle fort en raffale et nous decidons de descendre avant d'avoir froid...

Nous laissons Nino ici pour une rando au milieu de l'ancienne coulée de lave.
La nature reprend peu à peu ses droits, il y a beaucoup de mousse d'un vert presque fluorescant contrastant énormément sur ce paysage d'un noir profond.

Nous arrivons aux sources chaudes Grjótagjá, elle se trouve sous une ancienne coulée de lave très épaisse, nous y pénétrons par une cassure. La baignade ne se fait plus ici depuis quelques années car la température à tendance à dépasser les 50°C.
A quelques mètres de la, nous atteignons le fossé d'effondrement montrant la frontière entre les plaques techtoniques eurasienne et nord-américaine.
Le site n’est pas stable, il faut faire attention, mais c’est magnifique et surprenant.

Nous regagnons notre voiture restée au pied du cratère en nous demandant ce qui nous reste à faire. En consultant notre guide, nous nous apercevons que nous avons raté une site exceptionnel : le Leirhnjukur, en face du Krafla.
Nous devons absolument y retourner, car le guide parle d'une rando sur une coulée de lave encore fumante et d'un volcan actif.
C’est en fait le cratère principal du Krafla et la gigantesque coulée de 1984, encore chaude par endroits. Le Mordor c’est là ! Fumeroles, lave solidifiée, soufre, mares de boue en ébulition. C’est rouge, c’est noir, c’est jaune, on se croierait sur mars.
Après 3h de marche, nous quittons ce site à regret et faisons un arrêt à la centrale de Kröflustöð car la visite est gratuite. Zut, il est 17h, trop tard, ça vient de fermer...

Nous nous dirigeons vers la rive nord-ouest du lac que nous n'avons pas encore exploré. C'est encore plus sauvage, marécageux, envahi de petites mouches. On est au pied du volcan Vindbergjarfjall, coincé entre le lac Mývatn et le lac Sandvatn.

Nous allons maintenant dîner au Vogafjos Cowshed. Il y a un peu d'attente et c'est un peu cher mais le repas est très bon. Nous goutons l'agneau islandais.
L’intêret du resto vient du fait que l'étable est séparée de la salle a manger par une grande vitre : nous dinons donc avec les vaches.
Nous regagnons notre hôtel car la fatigue se fait sentir.