ICELAND

Lundi 11 juin :De Bordeaux à Reykjavik : . . .. . . Cap au nord !

Après trois heures de vol depuis Paris-Orly, le Boeing 737 de Transavia, traverse une épaisse couche de nuages et se pose sur le tarmac de Keflavik.
Le paysage est lunaire ! En roulant vers le terminal, comprenons que cet aéroport a été taillé au bulldozer dans la coulée de lave géante formant la péninsule de Reykjanes.

Il est minuit (2h du matin en France), il fait gris, le ciel est très bas, l'air est frais, il fait environ 12°C mais c'est agréable.

L'aéroport est très moderne, il a une particularité : pas de séparation entre les arrivées et les départs, nous croisons donc les passagers qui repartent dans l'avion qui vient d'arriver. Il n'y a pas grand monde, nous en profitons pour récupérer rapidement nos bagages et nous diriger vers le hall des loueurs de voitures afin de ne pas trop attendre.

C'est une chance : nous sommes les premiers sur le stand Avis / Budget !
Après avoir complété les documents de location et pris connaissance des caractéristiques de la voiture, nous prenons les clés et nous nous dirigeons vers le parking réservé aux véhicules de location. Pendant ce temps, une longue file d'attente s'est formé devant le stand...
Nous prenons possession d’un Nissan Note marron clair tout beau, tout propre. Le coffre est petit mais nos deux valises y entrent sans problème, la banquette arrière servira pour notre matériel photo.

Nous partons en direction de Reykjavik, à environ 45 Km au nord, lieu de notre premier logement.
Nous empruntons la route 41 et nous nous demandons pourquoi nous sommes seuls... Après une seconde de réflexion, nous comprenons qu'il est plus d'une heure du matin. Il faut se faire à l'idée qu'il va faire jour toutes les « nuits ».
Aucun problème jusqu’à ce que nous arrivions dans la banlieue proche de la capitale islandaise mais ensuite… un joli cafouillage entre les noms de rue à rallonge en islandais, les voies en sens unique...

Nous finissons par trouver l’hôtel Klettur où nous sommes très bien accueillis et où nous récupérons une enveloppe envoyée à notre attention par Vacances Transat.
A cette heure avancée (2h du matin), le plus précieux des sésames est la clé de notre chambre !
Nous prenons l’ascenseur, arrivons devant la porte de notre chambre et là : c’est le drame ! La carte ne fonctionne pas !
Finalement, une personne de la réception viendra nous ouvrir.

Enfin, tranquilles dans une chambre très sympa, propre et au look épuré.
Nous trouvons pour la première fois ce que nous appelerons le lit à l’islandaise : chacun sa couette pliée en deux sur le lit, chacun son matelas.

Il faut encore ranger les valises et verrifier le contenu de l'enveloppe remise à l'accueil. Tout est là : carnet de vouchers pour les hôtels, plan de Reykjavik, carte routière, descriptif des étapes...
Nous pouvons aller nous coucher pour quelques heures.